mercredi 4 avril 2007

Ethologie : après les metrosexuels, découvrez les écosexuels !

Vu dans NeoSapiens justement et repris du San Francisco Magazine:

Une nouvelle espèce vient d'apparaître : après les métrosexuels, faites la connaissance des écosexuels. Un nouveau genre qui devait bien finir par faire surface... Donc, un écosexuel kesako ? C'est généralement un urbain, qui mange bio, consomme équitable, prend soin de sa petite santé et fait du yoga... et galère dans la vie amoureuse pour trouver l'âme sœur qui acceptera le composteur dans la cuisine, ne mangera pas de viande, ne roulera pas en range-rover polluante et ne sucrera pas son café à l'édulcorant (!)... Evidemment ça finit pas donner des situations complètement ubuesques où quand Monsieur et Madame "éco-urbain" finissent par se rencontrer, ça ne fonctionne pas pour autant, car une certaine compétition du plus « je-suis-plus-le-vert » peut apparaître. La barre est mise de plus en plus haut : le compagnon ou la compagne idéale doit cumuler beauté, sex-appeal, carrière à succès, gros salaire, culture et idées vertes. Dur dur d'être juste monsieur ou madame-tout-le-monde dans cette course à la performance ! A l’heure où l’on critique les top-modèles pour l’image faussée de la beauté qu’elles donnent, on pêche dans une autre forme d’excès… Le « écologiquement correct » vient d’apparaître à tous les niveaux de la société car c’est à la mode du jour ! Finalement, si tu fumes, que tu ne recycles pas, que tu ne fais pas de sport et que tu ne lis pas Houellebecq, tu n’as plus aucune chance d’être acceptable sur le grand marché de l’amour…. Les écosexuels sont-ils trop lisses pour être honnêtes ? Tout ça sent un peu trop l’aseptisant à mon goût… Finalement je préfère encore les vieux briscards écolos, avec leurs cheveux longs et pas forcément brushés, leur bidis qui puent l’eucalyptus et leur discours limite nihiliste, au moins ça a l’avantage de sentir le spontané…

0 commentaires:

Météo


Archives du blog