mardi 3 juin 2008

Ciné et politique : A Rabbit-proof Fence

Ce soir, le Chef Ed John, représentant des Premières Nations de la BC, et ancien ministre provincial, présentera “A rabbit-proof fence” au salon cinéma du Vancity Theatre.

Ce film, diffusé en France sous le titre “Les Chemins de la liberté”, rapporte l’histoire de 3 jeunes enfants aborigènes, retirés à leurs familles pour être placés dans une institution afin de les « rendre blancs » en Australie. Ces enfants décident de se sauver de l’institution pour retrouver leur famille. Ce film est l’histoire de leur aventure, de leur trajet de 2414 kilomètres le long de cette « rabbit-proof fence », cette immense clôture qui courre le long du continent australien pour empêcher l’invasion des lapins. C’est aussi l’histoire de ces générations perdues, traumatisées par une acculturation forcée.

La même histoire s’est répétée ici au Canada, dans les fameuses « residential schools » ces écoles résidentielles ou pensionnats indiens où des générations d’enfants autochtones ont été abusées. Le dernier pensionnat, le pensionnat Gordon en Saskatchewan, fermera ses portes en 1996. En 1998 l’Assemblée des Premières Nations crée un groupe de travail sur la Résolution des questions des pensionnats indiens

Cette semaine le Premier Ministre Canadien, Stephen Harper, présentera ses excuses à ces générations perdues, pour le traumatisme subi. Il suit en cela l’exemple du Premier Ministre Australien qui a lui aussi présenté des excuses aux Aborigènes en février.

La question de ces écoles est aujourd’hui au centre d’un large débat de société au Canada. Une commission mène actuellement une enquête approfondie sur les pratiques de ces écoles, interrogeant les survivants.

Le Chef Ed John voit un parallèle intéressant entre les efforts de l’Australie et les Commissions de Réconciliation Canadiennes. Une occasion de revisiter l’histoire pas toujours très reluisante de la colonisation des peuples autochtones, mais aussi une occasion de parler de résilience, et de pardon. Une occasion selon Ed John de renouer le dialogue.

En tout cas, le film « A Rabbit-proof Fence »a reçu de nombreux prix et d’excellentes critiques. L’intervention du chef Ed John sera sans doute très intéressante. Ma soirée s’annonce sous de bons augures !

Pour ceux qui s'interressent à la question des pensionnats autochtones, il existe une bibliographie très complète sur la question sur le site des Archives du Canada. Si vous êtes dans la région de Winnipeg cette semaine, Canada Monde y organise une table ronde sur les droits des autochtones, les 5 et 6 juin


0 commentaires:

Météo


Archives du blog