mercredi 28 mars 2007

Le blues des futures mariées (attention post de fille!)

Pour une fois un post de nana !
Cette année, je fais le grand saut et je me marrie (ho mon Dieu j’ai vraiment dit oui ?). Je sais, c’est très étrange venant de la part d’un loutron qui a pour devise « Seul maître à bord après Dieu » … Mais voilà, mon geek héroïque a fini par me convaincre … Chose extraordinaire le frère de mon geek préféré se marie également… deux mois avant nous… Et sa dulcinée commence à ressentir les premiers effets du stress prénuptial.


Intriguée par tout ce concept du mariage, en bonne scientifique, je me suis penchée sur la question (j’ai notamment investi dans un petit guide « Le mariage pour les débutants »…). Or, il s’avère que l’affaire est bien plus compliquée que ce que je pensais. L’organisation d’un mariage français dans les règles (personne n’a voulu de ma proposition « mariage-tous-nus-sur-une-plage », ni de ma proposition alternative « mariage-tous-nus-dans-les-bois-façon-païenne »…) demande un minimum d’organisation. Voici de ce que j’ai retenu de mes mois d’études :
  • Pour se marier il faut avant tout … des sous ! (Faut pas déconner, le mariage c’est un vrai business) et surtout du temps. En moyenne les gens s’y prennent au minimum un an à l’avance… terrifiant !

  • Pour se marier, il faut aussi une tenue… La robe de madame coûte un œil et le costume de monsieur l’autre… Pis ce n’est pas simple, faut plusieurs essayages, des retouches, prévoir d’acheter les sous-vêtements et les chaussures avant, trouver un modèle sympa dans les milliers de modèles disponibles dans les catalogues… Monsieur ne s’en tire pas forcément mieux. Le truc à retenir c’est que « simplicité » est un mot tabou et qu’il ne faut surtout pas le prononcer dans un magasin de mariage sous peine d’être dévisagée avec commisération par les vendeuses.

  • Pour se marier, il faut nourrir tout plein de monde (et surtout les faire boire !), du coup il faut trouver un traiteur, et un fournisseur de bibine. En général il faut aussi louer une salle (avec/sans mobilier, DJ, vestiaire etc…).Là, la logistique commence à te bouffer tout ton temps libre…. Surtout quand il faut commencer à prévoir la déco en plus...

  • Pour se marier il faut loger du monde (eh oui parque que tatie Germaine-que-tu-n’as-jamais vue-de-ta-vie va faire le déplacement depuis Trifouillis-les-Oies et va falloir lui trouver un endroit où faire dodo… Donc tu passes un temps non négligeable à chercher des hôtels et à envoyer les adresses à tout le monde.

  • Il faut aussi envoyer des faireparts. Là ça se gâte, faut déjà faire une liste (généralement la famille s’en mêle et tu dois inviter tout un tas de gens que tu ne connais pas mais qui seraient vexés si pas invités…). Généralement tu finis par t’emmêler les pinceaux et oublier deux ou trois personnes dans le lot, sans parler de t’être arraché les cheveux à découper les timbres en forme de cœur à coller sur les enveloppes (mais qui a eu cette idée débile !!)

  • Tu pensais en avoir fini une fois la logistique organisée...mais non ! D’autres problèmes te tombent dessus: faut prévoir l’église maintenant… Donc réunions diverses avec le curé pour organiser la cérémonie, entretiens philosophiques pour rédiger la « Lettre d’intention » et enfin… la journée de préparation au mariage avec d’autres couples ! Youhou : Le papy de 75 ans qui t’explique que le sexe c’est important dans ton couple ( !). Au secours ! Sortez-moi de là !

  • Quand tu commences à te dire que tes plus gros problèmes sont ta manucure et ta coiffure (la blonde attitude n’est pas optionnelle quand tu te maries…) là un autre évènement se profile… ton enterrement de vie de jeune fille ! Tu te dis que ça va être cool tranquille avec les copines… Mais non, là encore il y a apparemment des tas de conventions et une logistique de la mort… Heureusement ce n’est pas toi qui gères ! Bonjour le stress pour les copines déjà stressées par le choix de leur tenue pour le jour J !

Enfin tout ça pour dire que quand tu te maries, même si tu bosses dans la logistique, c’est forcément compliqué. Du coup je commence à mieux comprendre le stress terrifiant de ma future belle-sœur… et à me dire que je ne vais pas y couper, toute optimiste que je suis… Pourquoi les conventions sont elles aussi dingues qu’il faille manquer de perdre la raison pour se marier ? A croire que les anciens ont fait en sorte de te passer l’envie de recommencer (et donc de rompre les liens dits sacrés du mariage pour aller en nouer ailleurs…). Pfff…. Ceci dit, je remarque que les plus acharnés à respecter les traditions ne sont pas nos grand-mamans mais bien les jeunes de notre âge (encore un coup des nouveaux-réacs ça !). Tout bonnement effrayant !

Enfin, en guise de conclusion, la seule solution pour en sortir indemne c’est de prendre tout ce branle-bas-le-combat avec un maximum d’humour et de recul. Plus on en rit, moins on se prend au sérieux et mieux ça passe. Avec un peu d’espoir ça déridera ceux qui prennent cette affaire avec autant de sérieux ! Au final t’auras l’air d’un meringue à la chantilly (arghh!!!) une fois dans ta vie, tu embrasseras des tas d’inconnus, tout le monde mangera et picolera et l’affaire sera classée le lendemain, franchement pas de quoi en faire un plat !

3 commentaires:

Julien a dit…

j'étais OK pour le « mariage-tous-nus-sur-une-plage », moi.
et puis je dors par terre dans le jardin, vous faites pas de soucis les amis.

Amandine a dit…

perso, j'avais retenu l'option "tous nus dans les bois façon païenne" on ne se refait pas !!!
ça va pas le faire y parait....
zut saperlipopette !!!

Amandine a dit…
Ce commentaire a été supprimé par un administrateur du blog.

Météo


Archives du blog