samedi 23 février 2008

Robinsons contre bureaucrates, choisir de vivre « en cabane »

Vivre dans une cabane au fond des bois ou au sommet d’un arbre est quelque chose qui fait rêver beaucoup d’enfants. Certains adultes ayant gardé le goût de l’aventure et du merveilleux ont choisi de suivre cette voie et aujourd’hui de nombreux artisans proposent de construire des cabanes à vivre. J’en ai déjà un peu parlé ici. Je fais partie de ces rêveurs invétérés qui n’attendent que de pouvoir élire domicile au sommet d’un arbre ou dans un trou de Hobbit… (Oui, je sais, il faudrait arrêter de lire Tolkien et consorts…)

En parcourant les blogs de Raffa et de Shabnam récemment j’’ai appris que certaines municipalités françaises menaient la vie dure à certains de ces irréductibles rêveurs qui ont choisi de vivre ce rêve et de se construire une cabane ou une yourte « pour de vrai ».
On parle de plus en plus d’habitat écologique, d’énergies renouvelables, de recyclage ou encore de développement durable. Certains ont donc pris cette voie au pied de la lettre et décidé de changer radicalement de mode de vie. On voit aujourd’hui se développer des modes d’habitation alternatifs, cabanes, yourtes, maisons mobiles… Beaucoup de ces habitations incluent des panneaux solaires, des éoliennes ou encore des toilettes sèches ou des systèmes de récupération de l’eau de pluie. Certains ont adopté l’usage du composteur, classique ou avec lombrics, et entretiennent un petit jardin potager. Nombreux sont ces écolos de cœur à consommer bio, et surtout à consommer moins. Il est vrai que l’on entend partout que pour aller vers un « développement » réellement durable, il va nous falloir apprendre à consommer moins….

La crise du logement pousse aussi certains à choisir ce mode de vie pour éviter de s’endetter à vie, ou simplement parce que les institutions financières leur refusent le prêt nécessaire à l’achat d’un logement classique. Pour les habitants de la région parisienne, vous aurez surement remarqué que de nombreux SDF se sont construit des cabanes dans le Bois de Boulogne, la forêt de Fontainebleau ou autour de Versailles. Certaines de ces cabanes ont tout le confort et sont certainement mieux isolées qu’une tente sur le Canal de Saint Martin ou une bouche de métro…

Mais voilà, nos pionniers de ce nouveau mode de vie ont le malheur de ne pas rentrer dans les cases étroites de l’administration. Certains produisant leur propre électricité, ils n’ont que faire de Gaz de France, d’EDF ou des autres[1] . Surtout, ces nouveaux modes d’habitation ne rentrent pas dans les normes de notre système. D’où le fait que certaines municipalités décident de ne pas autoriser ces individus à vivre sur leurs terrains, dans leur yourte ou leur cabane car ces habitats ne sont pas aux normes. Le plus aberrant étant que certaines de ces personnes ont acheté leur terrain et mis les économies d’une vie à se construire une cabane de rêve, ou une yourte familiale.

Une fois de plus, l’absurdité d’un système qui n’a rien à envier à la bureaucratie soviétique me sidère ! Voilà des gens qui ont choisi d’être en avance sur leur temps et de changer radicalement leur mode de vie pour en adopter un plus écologique, moins polluant, en somme plus citoyen, et on leur refuse le droit de logement élémentaire… Qu’ont-ils fait de mal ?

Une pétition circule actuellement pour demander à ce que l’on respecte le choix de ces individus. Au nom de tous les enfants qui ont rêvé un jour de vivre dans une cabane, une yourte ou un tipi, signez-la… Parce que le droit au logement passe aussi par le droit de vivre différemment.

Les yourtes ont hébergé les nomades des steppes pendant des siècles, sans danger, permettant à ces voyageurs des plaines de se déplacer au gré des troupeaux. Pourquoi ne pas autoriser certains à renouer avec cette tradition ? Certaines cabanes de l’Isère sont des monuments historiques de la résistance, pourquoi ne pas autoriser leur restauration ? Vaut-il mieux avoir des gens qui vivent sur les campings municipaux dans des conditions parfois insalubres, ou les laisser se construire une habitation alternative écologique sur leur propre terrain ?

J’avoue que certaines logiques illogiques de nos autorités soi-disant compétentes me laissent pantoise. Ne faut-il pas y voir une dangereuse tendance des municipalités à refuser tout ce qui n’est pas construit par les Bouygues et autres ?

Etre écolo et alternatif a toujours provoqué l’ire des tenants de la bureaucratie. Malgré l’évolution écologique qui se profile à l’horizon, il semblerait que les bureaucrates n’aient pas tellement changés depuis les années 60….



Pour pêcher des infos sur les cabanes et le mode de vie en cabane c’est sur www.les-cabanes.com (Toutes les photos illustrant ce poste proviennent de ce site.)
La dernière photo vient d'un reportage de Phillipe Marini, photographe corse. Ses très belles photos sont sur www.philippemarini.com, vous y trouverez notamment son reportage sur la vie des cabanes sur l'Ile de Beauté.
Pour ceux qui veulent plus de renseignements sur les associations de logement alternatifs, sur les yourtes etc, le blog de Raffa recense toute une liste de sites utiles ici.

[1] A noter cependant que produire sa propre électricité est parfaitement légal en France. D’ailleurs si vous en produisez plus que vous n’en consommez vous pouvez même la revendre à EDF.

0 commentaires:

Météo


Archives du blog