mardi 11 novembre 2008

Le jour des coquelicots - Day of the poppy



126.365.remembering.
Mise en ligne par ..brian
Ces jours-ci on voir fleurir des coquelicots rouges aux boutonnières des Canadiens. Mais késako ? Dans de nombreux anciens dominions britanniques, on commémore ainsi la victoire du 11 Novembre, la fin de la première guerre mondiale.

Les Canadiens ont envoyé leurs premiers régiments combattre au cours de cette guerre. Après la guerre, en 1931, en vertu du Statut de Westminster, le Canada obtenait le droit de mener sa politique étrangère indépendamment de la Grande Bretagne. Le Canada enverra de nouveau un important contingent lors de la seconde guerre mondiale. Puis, leurs soldats participeront à de nombreuses missions de l’ONU ou de l’OTAN. Pendant la guerre de Corée, par exemple, les Canadiens ont envoyé plus de troupes par rapport à leur population que les autres alliés impliqués. Les Canadiens sont attachés à leur historique de maintien de la paix et de médiation, ils n’hésitent cependant pas à intervenir militairement sous le parapluie de l’ONU ou de l’OTAN. Autant dire que les Canadiens sont dans l’ensemble assez attachés à leurs troupes, même si la récente implication du Canada dans la guerre en Afghanistan provoque beaucoup de débats au sein de l’opinion publique. Une des grandes figures Canadiennes de ces dernières années est le Général Roméo Dallaire, qui a fait son possible pour faire cesser le génocide rwandais en 1994.


Depuis, à la onzième heure du onzième jour du onzième mois, les Canadiens commémorent les hommes qui ont donné leur vie pour la liberté de ces autres pays. Dans les semaines qui précèdent le 11 novembre, vous verrez de nombreux Canadiens arborer leur boutonnière coquelicot. Vous pouvez vous en procurer une presque partout, dans les banques, dans les magasins ou même à la réception des hôtels. Moyennant un don modeste de quelques dollars pour les œuvres de la Légion Royale Canadienne.

Il est un peu étrange de voir cette commémoration avoir ici une telle ampleur, avec de nombreux individus arborant ce coquelicot, de nombreuses émissions consacrées à la guerre des tranchées ou simplement la minute de silence respectée en ce 11 Novembre. Il me semble ici que le citoyen lambda commémore davantage cette guerre que les Français, qui l’ont subie de plein fouet. En France, il y bien sur les défilés et les remises de médailles, les discours des politiques, mais l’ensemble de la population ne s’implique pas autant. Encore une différence culturelle sans doute !

Photo by Sherlock77


These days, poppies are blooming on Canadian lapels. But what do they symbolize? In many former British dominions, the red poppy commemorates November 11, the end of World War I.

Canadians sent their first troops to fight in this war. After the war, and according to the Statute of Westminster, Canada is allowed to lead its own foreign policy, independently from Great Britain. Canada will send again a large number of troops during World War II, then in many peace keeping missions of the UN or NATO. During the Korean War, Canada sent more troops per capita than any other ally. Canadians are attached to their history of peace keeping and peace building, their history as a broker of peace, a negotiator. They do not hesitate to intervene under the banners of the UN or NATO. They are very attached to their military, although the latest implication of Canada in Afghanistan is subject to debate amongst the public. One of the great contemporary figures of Canada is General Romeo Dallaire, who did his best to stop the genocide in Rwanda.

Ever since, at the 11th hour of the 11th day of the 11th month, Canadians remember the men who gave their lives for freedom and peace. In the weeks before November 11, you will see many Canadians with their poppy. You can find these poppies almost everywhere, in banks, stores or even at the reception of hotels, for a modest contribution of a few dollars to the Royal Canadian Legion.

It is strange to see the extent of these commemorations here, with many individuals wearing the poppy, many shows on the war or simply the respect of the minute of silence on this day. It seems to me that the lay person here commemorates more this war then the French, who were in the midst of it. Of course, in France there are commemorations, parades and speeches by the political leaders, but the general population does not participate as much as here. Another cultural difference I guess!

1 commentaires:

dick shaver a dit…

différence de taille en effet... pour avoir été présent à Ottawa un 8 mai, j'ai été soufflé de voir que chaque année, en remerciement du sacrifice des soldats canadiens, le gouvernement de hollande fait fleurir toute la ville avec des tulipes... quel geste d'amitié ! je n'en connais pas d'équivalent de notre part... mais on le sait, les Français savent bien être ingrats. Alors voilà, de la part d'un normand qui n'a pas connu la seconde guerre mondiale, et malgré le fait que ma ville a été totalement détruite par les bombardements de la Royal Canadian Air Force, avec toute mon admiration, Merci Canada !!!

Météo


Archives du blog