lundi 26 janvier 2009

Des Vikings au Manitoba - Vikings in Manitoba

Les Islandais ont été durement touchés par la crise financière mondiale. Ces descendants des Vikings ne sont pas pour autant prêt à baisser les bras. Du coup certains décident de quitter leur île pour venir chercher fortune… à Gimli, au Manitoba, au beau milieu des Prairies, sur les bords du lac Winnipeg.

Vous trouvez cela étrange de voir des Islandais choisir cette petite commune rurale des prairies canadiennes ? Et bien il existe une longue histoire entre Gimli et l’Islande. Gimli est sans doute la seule commune canadienne où l’on trouve un café qui sert du thé typiquement islandais. Etrange non ?

En 1875, des Islandais qui fuyaient ce qui était déjà une crise économique, se sont installés dans ces plaines reculées. Après avoir souffert quelques hivers particulièrement rudes, ils ont appris à faire pousser du blé, eux qui élevaient autrefois des moutons, et à pêcher le brochet plutôt que la morue. Ces premiers immigrants ont nommé leur ville Gimli, comme l’un
des paradis mythiques de la mythologie nordique (en non pas à cause du célèbre nain de Tolkien). On trouve d’ailleurs à Gimli une statue de Viking et un musée de la « Nouvelle Islande ». Les descendants de ces premiers immigrants font encore le voyage en Islande pour découvrir leurs racines et parlent encore l’Islandais.

Le maire de la commune, Tammy Axelsson a récemment confié au
Globe and Mail qu’il recevait de plus en plus de demandes d’informations de la part d’Islandais déconfits par la crise, à la recherche d’un nouvel emploi et d’une nouvelle vie. Les Islandais n’ont pas oublié qu’ils avaient de lointains cousins au Canada, des Manitobains qu’ils appellent affectueusement les « Vestur Islandingur », les Islandais de l’Ouest. L’Islande se targue d’ailleurs d’avoir un consulat au Manitoba. Pour l’instant l’immigration islandaise récente se résume à un couple d’architecte et à un vendeur de journaux mais tout laisse à croire que d’autres tenteront leur chance.

Voilà une des choses qui me fascine le plus au Canada, on y trouve des petites communautés culturelles venant de tous les horizons, ayant gardé vivantes leurs langues et leur tradition tout en ayant embrassé le mode de vie canadien. On croise ici des villes Ukrainiennes, Pundjabis ou encore
Dukhobors ou Mennonites. On comprend mieux le tissu socioculturel complexe du pays.


I am fascinated by the make-up of Canadian society: small ethnocultural communities from all over the world live side by side, nevertheless embracing the Canadian way of life. One of the striking examples I came across recently is the story of Gimli, in Manitoba. This small town on the shores of Lake Winnipeg is a small Iceland of the West. In 1875, Icelanders fleeing an economic crisis landed on these desolate lands. They traded sheep farming for wheat growing and cod for pickerel. They managed to maintain strong ties with their homeland and today, 6 generations later, a new wave of immigrants from Iceland may be arriving there, fleeing the global economic crisis that has hit Iceland so hard. Iceland actually has a consulate in Manitoba. To read more about this story see the
Globe and Mail article.

2 commentaires:

Olivier de Montréal a dit…

Il y a eu plusieurs vagues d'immigration en provenance de Scandinavie. Des Norvégiens, des Suédois...

J'espère que la situation va s'arranger pour les Islandais d'aujourd'hui. C'est une île que j'aimerais bien visiter.

Loutron Glouton a dit…

Moi aussi j'aimerais beaucoup visiter l'Islande, un pays si particulier et si riche de légendes. Je croise les doigts pour nos amis Islandais,la vie innsulaire n'est malheureusement pas toujours facile en temps de crise.

Météo


Archives du blog