dimanche 21 février 2010

Les JO de Vancouver, vus de la rue

Une des meilleures façons d'appréhender les JO, c'est de se promener dans le rues de la ville. Notre première vraie expérience des JO (hormis les mois de travaux monstrueux dans toute la ville) a été de voir passer la flamme olympique dans notre quartier (la photo que j'avais prise était vraiment trop moche alors j'en mets une plus belle piquée sur Flickr):


photo de kk+ 


Les rues habituellement plutôt calmes du centre-ville ont été envahies par une foule d'hurluberlus excités et heureux de porter leurs couleurs nationales:


 Ça drague international dans les autobus ... Malgré toutes les critiques, ça réchauffe un peu le cœur de voir les gens aussi heureux de se retrouver pour discuter âprement des mérites d'athlètes dont on entend souvent parler qu'une fois tous les 4 ans. Il faut dire que certaines des disciplines olympiques les plus impressionnantes sont aussi les disciplines les plus obscures (franchement, vous regardez le skeleton tous les jours vous?)   Bon, rassurez-vous, nous n'en sommes pas encore à nous passionner pour les épreuves de curling, cette surprenante pétanque sur glace qui est le second sport officiel du Canada.

Ce qui est sympa avec les JO, ce sont aussi les Olympiades culturelles, toutes ces animations offertes dans la ville. Il y a du bon, comme du moins bon (le geek a trouvé le moyen d'aller écouter Plastic Bertrand passer ses disques sur une platine un soir...). Le moins c'est qu'il y a souvent des queues monstrueuses pour accéder aux différents lieux de réjouissances, comme au Pavillon des peuples autochtones. Heureusement, il y a souvent des volontaires qui assurent l'animation dans la file d'attente, comme ce danseur emplumé qui venait personnellement accueillir les passants avant de nous offrir quelques pas de danse au son d'un tambour traditionnel.


Mais les JO ont aussi leurs détracteurs et leurs oubliés. Dans le  fameux quartier défavorisé de Vancouver, le Downtown Eastside, le quartier le plus misérable du Canada, les exclus qui ont failli être déplacés de la ville pour ne pas gâcher le spectacle ont tenu leur propres festivités pour attirer l'attention du monde sur leurs problèmes. Une de nos copines y fait en ce moment campagne pour aider les personnes SDF. Ils ont planté des centaines de tentes rouges, un peu comme lors de l'opération du Canal Saint Martin. Ce que le geek apprécie beaucoup, c'est que les gens ne se contentent pas de critiquer les JO et de râler mais prennent les choses en main et font quelque chose de constructif pour changer les choses.


Marins russes en goguette dans le quartier chaud ...




Nos copains Reilly et Angus en pleine campagne pour le droit au logement

Le long du seawall, les visiteurs ne se laissent pas intimider par la proximité de la misère ordinaire des grandes villes et tentent de vendre et d'acheter divers tickets à prix d'or pour les épreuves, tandis que des jeunes jouent de la musique, plus ou moins bonne selon leur degré d'alcoolisation! Les gens s'amusent à construire des centaines d’Inukshuks  face au Village Olympique,tandis que des volontaires en costume bleu électrique tentent tant bien que mal d'orienter la populace dans le labyrinthe des postes de sécurité, des grillages et des accès au skytrain...

Tiens à ce propos, nous avons découvert que le village olympique est soigneusement coupé de la ville par d'importants grillages. A croire qu'il fallait mettre les athlètes à l'abri des tentations offertes par la ville la plus libérale du Canada en matière de cannabis! Tiens, ils ont aussi enfermé le fameux chaudron olympique dans une cage, histoire que les gens n'aillent pas le faire sauter je suppose, ou risquer de se brûler les doigts?





Le Pavillon de la Russie s'est installé à Science World, un clin d'oeil à Spoutnik peut-être?

Le fameux chaudron olympique derrière son grillage (perso je trouve le design assez laid...)
Photo de Howard Poon


Pour faire la nique à tous les clichés Canadiens dont les médias français nous abreuvent, il fait toujours aussi beau et chaud:  les cerisiers ont même commencé à fleurir dans notre rue ! Une conséquence du changement climatique ? Le fait est que mes bulbes de tulipes et de jacinthes sont en train de fleurir et que le geek bataille avec une attaque d'allergies printanières en plein mois de février. Sur ce, je vous laisse, je dois aller voir une épreuve de snowboard ski électro-artistique à bosses ...



0 commentaires:

Météo


Archives du blog