lundi 21 novembre 2011

Coup de Gueule du Lundi: ambiance post-electorale

Ce weekend, la majorité des Britanno-Colombiens allaient aux urnes pour élire leurs maires, leurs conseils municipaux et autres branches du gouvernement local. A Vancouver le débat faisait rage entre le maire Gregor Robertson, affectueusement surnommé "Juice Man" car il est aussi patron d'une boîte qui fabrique des jus de fruits bios et son opposante, Susan Anton. Gregor le juteux a remporté la bataille et effectuera donc un second mandat comme maire de la ville, ce qui va faire grincer des dents ceux qui n'aiment pas les pistes cyclables qu'il a fait installer ou les poulets qu'il a autorisé dans les jardins urbains. Le geek et moi avons observé les débats et les discussions dans les médias avec un sourire amusé car même si nous payons nos impôts locaux avec diligence, nous n'avons pas pour autant le droit de vote, n'étant (pas encore!) citoyens Canadiens.

Gregor, le maire vert de Vancouver avec son vélo

Nous sommes nombreux dans le même cas... Vancouver compte un nombre importants de travailleurs venus d'ailleurs, avec des visas temporaires ou permanents mais sans citoyenneté. Un américain qui vit depuis un certain temps dans le coin et qui (je crois) a épousé une Canadienne a remis en cause ce système et entamé une procédure en justice pour obtenir le droit de vote aux élections locales. Selon ses calculs, environ 13% de la population en age de voter de Vancouver n'a pas le droit de vote aux élections locales.

Quand on traine ses basques dans différents pays, on se retrouve souvent observateur de la politique locale, sans pour autant pouvoir y prendre part. Si les choses sont bien faites, on peut voter pour les élections importantes de son pays d'origine. Avec ma citoyenneté française, je vais donc pouvoir voter aux présidentielles françaises de 2012 au consulat de France de Vancouver. Il est à parier que mes parents en feront de même, aux antipodes d'ici, à l'Ambasssade de France de l'ile Maurice. Par contre moi je n'aurais aucune influence sur la politique de la ville où je vis tandis que mes parents, qui ont la citoyenneté mauricienne, pourront voter aux élections mauriciennes.

Je sais que beaucoup de pays se posent la question si délicate de la citoyenneté. Est-ce juste payer des impôts? Le droit de voter? Est-ce une adhésion à un ensemble de valeurs et de traditions? Est-ce qu'on peut encore dire qu'un pays est représenté par ses valeurs quand les populations sont de plus en plus multiculturelles? Comment redéfinir ses valeurs? Qu'est-ce qu'être un citoyen? Quels sont les droits et les devoirs d'un citoyen? Peut-on vraiment être citoyen de plusieurs pays et partager ses allégeances?Je sais que la France vient de réviser ses exigences pour l'accès à la citoyenneté française. C'est une question beaucoup plus complexe que ne veulent nous le faire croire les politiques qui s'en saisissent pour polariser les débats et faire du populisme. Plutôt que d'écouter les rigolos qui se veulent fin politiques déblatérer sur la question alors même qu'ils n'ont que rarement plusieurs passeports, ne faudrait-il pas aller interroger ceux qui vivent tous les jours avec une double ou une triple-nationalité et explorer un peu plus en profondeur les complexités d'une question profondément identitaire?


2 commentaires:

Lise a dit…

Excellent post! Il est honteux que les permanent residents n'aient pas le droit de vote.

Emma a dit…

Je crois que notre président s'est opposé tout récemment au droit de vote local des résidents étrangers non européens. Comme quoi, en effet, les pays ne savent plus trop sur quel pied danser face aux notions de citoyenneté...

Météo


Archives du blog