mercredi 9 janvier 2008

Du miel, des abeilles et des pesticides ...

Lu ce matin dans Le Monde :


Bee-hind the times...

Mise en ligne par TW Collins






Le ministère de l'agriculture a annoncé, mardi 8 janvier, l'autorisation d'un nouvel insecticide en France, le Cruiser, produit par l'entreprise suisse Syngenta. Il servira à protéger le maïs destiné à l'alimentation animale - l'essentiel des surfaces - contre un insecte qui s'attaque aux racines, le taupin.



La molécule active du Cruiser, le thiamethoxam, détruit le système nerveux des insectes. Le produit enrobe la semence et agit pendant la croissance de la plante. Or, ce type d'insecticide neurotoxique systémique, dont font aussi partie le Gaucho et le Régent, est soupçonné, par les apiculteurs, d'être à l'origine de l'affaiblissement des colonies d'abeilles constaté dans de nombreuses régions du monde. L'usage du Gaucho et du Régent sur le maïs est suspendu en France depuis 2004.




Pour les maïsiculteurs, l'autorisation du Cruiser est "un premier pas satisfaisant". […] Dans le Sud-Ouest, les agriculteurs ont bénéficié de dérogations pour utiliser un pesticide particulièrement nocif pour l'environnement, le Dotan, que le ministère de l'agriculture ne souhaitait pas autoriser à nouveau.



"IRRESPONSABLE"



Mais, selon le président de l'Union nationale de l'apiculture française (UNAF), Henri Clément, la décision d'autoriser le Cruiser est "irresponsable". Apiculteurs et écologistes fondent leurs inquiétudes sur les travaux de l'écotoxicologue Luc Belzunces (INRA, Avignon). Ce dernier a montré que le retour des abeilles à la ruche peut être perturbé par l'absorption de thiamethoxam même à des doses très faibles. D'autre part, des apiculteurs italiens ont constaté la présence de thiamethoxam dans des abeilles retrouvées mortes au printemps 2007. Les analyses ont été effectuées chez Francesca Zachetti, une apicultrice lombarde dont 70 % des abeilles avaient brutalement disparu. Plusieurs apiculteurs italiens ont été confrontés au même phénomène. Selon eux, ces disparitions ont été provoquées par la dispersion dans l'air d'insecticide sous forme de poussières, au moment des semis de semences de maïs traités au Cruiser.



Selon Syngenta, si la molécule chimique est toxique pour les abeilles à forte dose, les très faibles concentrations auxquelles elles sont exposées dans l'environnement ne peuvent leur causer aucun dommage. […]



Dans l'avis fourni au ministère de l'agriculture, l'Agence française de sécurité sanitaire des aliments (Afssa), chargée de l'évaluation des pesticides, émet une série de recommandatio
ns afin de limiter l'exposition des abeilles. "Toutes les précautions nécessaires ont été prises", selon le ministère. L'autorisation n'a été donnée que pour un an. Du fait de la persistance de la molécule dans le sol, aucune plante attrayante pour les abeilles ne pourra être semée dans la même parcelle l'année suivante. Un suivi aura lieu dans trois régions. L'autorisation d'un autre insecticide de la même famille, le Poncho, produit par Bayer, a été refusée.



Les abeilles disparaissent de plus en plus de la surface de notre belle planète et avec elles les joies des produits de la ruche. Miel, Propolis et polen en pelottes sont autant des délices que des remèdes de grand-mère.



Mais avec la disparition des abeilles nous risquons de perdre bien plus.
Les abeilles jouent un rôle essentiel dans la pollinisation des plantes, notamment des plantes qui nous nourrissent, céréales, fruits et légumes. L’homme a beau essayer de synthétiser la vie en laboratoire, nous nous nourrissons toujours des produits de la terre et même si nous sommes parfois capables de nous substituer aux butineuses pour provoquer la production des plantes et des arbres, nous ne savons pas encore fertiliser la terre à la même échelle qu’elles, laborieuses ouvrières de la vie.



Alors, messieurs des industries pharmaceutiques et chimiques, et plus encore, messieurs nos dirigeants, pensez aux abeilles… Il est dit quelque part que lorsque la dernière abeille aura disparu de la surface de la terre, les hommes n’y survivront que très peu de temps. Et honnêtement qui peut se passer de sandwichs beurre de cacahuète et miel ?

0 commentaires:

Météo


Archives du blog