lundi 7 avril 2008

Renouer avec la femme sauvage ?


Tradition
Mise en ligne par
mayotic

J’ai passé une soirée de la semaine dernière à parler politique, environnement et avenir avec les Mohawks de Kahnawake.
Ce qui me frappe c’est que la réserve de Kahnawake se trouve à 5 minutes à peine de Montréal et que bon nombre de Québécois n’y ont jamais mis les pieds, si ce n’est pour acheter des cigarettes bon marché sur le bord de l’autoroute. Malgré les histoires de drogue et d’alcool, les Mohawks sont une communauté presque comme les autres, des gens chaleureux et accueillants. J’avoue que j'ai passé une excellente soirée dans le garage de l'ancien, assis près du poêle à bois à bavarder.

Le message que m’ont transmis l’ancien et son fils c’est que notre système actuel ne nous mènera qu’à notre destruction. Si l’on veut réellement renouer avec notre environnement et parvenir à vivre tous des ressources de notre petite planète, il va falloir tailler dans le gras et transformer en profondeur notre société et notre système de gouvernance.

Une de leurs théories c’est que nous sommes actuellement dans un âge encore dominé par le principe masculin. Il va sans dire que l’égalité des sexes reste encore un mythe, même ici au Canada, dans un pays supposé libre. Selon les Mohawks et leurs traditions, la terre-mère, et la vie en général, découle d’un principe féminin, puisque ce sont les femelles qui donnent la vie. Pour parvenir à un bon équilibre, il faudrait un système de gouvernance qui fasse la part belle aux femmes. Les femmes, qui portent le secret de la vie au plus profond de leurs entrailles, ont forcément un respect plus grand pour la planète. Un système dominé par des hommes, par leurs religions absurdes et leur propension à écraser les femmes et leur vieux savoir ne peut se tenir.

Dans la confédération Iroquoise (formé de 6 nations : Mohawk, Cayuga, Onondaga, Oneida, Seneca et Tuscarora), les tribus répondent à ce qu’ils appellent La Grande Loi de la Paix. Cette loi est la base de leur constitution (pour lire le texte complet c’est ici). Selon cette loi, le conseil tribal est élu par les femmes uniquement. Ce sont elles qui tiennent les rennes du pouvoir, ce sont elles qui le distribue et le retire quand cela s’avère nécessaire. Elles régulent la politique. Il est étonnant que la constitution canadienne soit elle-même basée sur la constitution des nations iroquoises !

Mes nouveaux amis Mohawks m’ont bien avoué qu’adapter le système Iroquois à un monde qui se globalise de plus en plus risque d’être un peu irréaliste mais ils espèrent que l’on prendra certains de ses principes en compte dans la création d’un nouveau système de gouvernance.

Il est étrange que la synchronicité m’ait encore joué des tours en m’entrainant à la rencontre des Mohawks, du clan du loup, alors même que je me prépare à repartir vers le nord de la BC à la rencontre des premières nations des clans de l’orque et l’ours, reprendre certains des enseignements que j’avais reçus lors de mes premiers voyages. Je reste persuadée que c'est en dialoguant avec les Premières Nations que nous en apprendront plus sur la meilleure façon de préserver notre héritage naturel.

Repartir renouer avec la femme sauvage et la femme guérrière ?


Femme Haida - Conteuse

Photo de Don_Hutter

2 commentaires:

Sylvain a dit…

Je m'inscris en faux et je critique (expres) : Je suis loin d'etre persuade que les femmes (en general) fassent mieux que les hommes (en general) au niveau gouvernemental. Si je suis d'accord sur la parite et le fait qu'elle n'est pas respectee, je pense que tout se joue sur quelques individualitees fortes de leader, masculins et feminins, qui peuvent avoir des impacts tres forts sur les comportements.

Miss Cookliquot a dit…

il n'y a pas beaucoup d'Elodie-Joy sur le net...il y a toi et moi ;)

Si c'est pas chouette!

Elodie-Joy
Miss Cookliquot
http://cookliquot.canalblog.com/

Météo


Archives du blog