jeudi 29 mai 2008

Les moineaux parisiens préfèrent la banlieue

Lu sur Rue89, apparemment la banlieue c'est pas si mal hein ?

Comme les Parisiens, le moineau domestique fuit les quartiers chers de la capitale. Une étude menée ces cinq dernières années aboutit à cette constatation déjà observée à Londres: il est possible d’établir un lien entre le prix du mètre carré immobilier et la présence de moineaux.

Depuis 2003, en printemps et en automne, près de cent bénévoles se plantent le nez en l’air dans différents points de la capitale. Leur mission: compter sur plusieurs jours, "pendant exactement dix minutes sans interruption", le nombre de moineaux qui entraient dans leur champ de vision. Le résultat montre un déclin attendu, mais aussi, plus surprenant, une grosse disparité selon les arrondissements.

L’est de Paris, en particulier sa périphérie, regorge de moineaux. Il y en a nettement moins dans le quart ouest. Plus précisément, le XVIe arrondissement, pourtant fourni en espaces verts et riche en arbres, ne compte quasiment pas de ces oiseaux. Contrairement au populaire XIXe, quartier où les arbustes sont moins nombreux.

Sandrine Mor, secrétaire générale adjointe de la Ligue pour la protection des oiseaux (LPO), tente de dégager une explication:

"A Londres, il sont également parvenus à la conclusion que le moineau avait une préférence pour les quartiers populaires. A l’inverse de la grive ou du merle, qui construisent des nids, les moineaux logent dans des trous. Dans le XIXe, par exemple, on en a vu beaucoup dans les grilles d’aération cassées des bâtiments, en particuliers sur la ceinture de Paris, le long des boulevards des Maréchaux. Les immeubles en bon état offrent moins de cavités pour les accueillir."

De même, dans les quartiers mieux entretenus, moins de déchets pour se nourrir, moins d’herbes folles regorgeant d’insectes pour les jeunes. Autres causes avancées: les pesticides et le trafic routier.

On observe ainsi un effondrement spectaculaire de moineaux, de 92% dans le 11e arrondissement, et de 74% dans le XVe. Si les causes de disparition sont plus floues pour le XVe, le XIe arrondissement a vécu une vraie mutation sociologique et de vastes mouvements de rénovation de façade ces dernières années.

La banlieue, c'est mieux

Sur les cinq années d'observation, la LPO et le Centre ornithologique Ile-de-France (Corif) ont noté une diminution de ces oiseaux de 20% dans la capitale, tandis que leur nombre est resté stable, ou en légèrement augmentation (9%) dans l'ensemble de la France. Est-ce à dire que les moineaux, comme leurs congénères humains, ont déménagé vers la banlieue? Probable. C'est le cas des moineaux londoniens, qui ont déserté Londres au profit de la périphérie.

Plus généralement, la présence de cet oiseau emblématique de Paris s’est effondrée dans les autres capitales européennes. Londres et Amsterdam ont perdu 95% de leurs moineaux en trente ans, Prague a noté une diminution de 60% ces vingt dernières années. Si sa disparition ne semble pas avoir d'influence sur l'écosystème urbain, il n'en est pas forcément de même pour nos oreilles.



0 commentaires:

Météo


Archives du blog