dimanche 29 juin 2008

Guerilla urbaine : Vandaliser les villes avec des plantes

Concrete in pinkMise en ligne par Sandra Rocha

Lu sur Planete Terra, un article de Solenne Legeay qui me donne des idées pas très catholiques... Le toit du Safeway qui est juste en bas de chez moi ferait un jardin des plus sympas. Hin hin hin, je me vois déjà en tenue de ninja, la nuit avec mon arosoir et mes semis entre les dents !!

Vandaliser les villes avec des plantes

Alors que certains ont décidé de faucher les cultures OGM, d’autres ont entrepris de re-végétaliser les espaces publics laissés à l’abandon. Armés de pelles et de râteaux, les "guerriers-jardiniers" assiègent de plus en plus de villes. La nuit tombe, les soldats de la Guerrilla Gardening s’activent. Il est temps de miner les terrains insalubres de plantes et de graine. Le constat est simple : trop de lieux et particulièrement trop d’espaces publics sont négligés et délaissés. Pour contrer ce phénomène, des jardiniers activistes ont décidé de prendre d’assaut des lopins de terre dont ils ne sont pas propriétaires. Cette réappropriation illicite de l’espace public ou des terrains vagues vise essentiellement à nettoyer, puis à redonner vie à ces lieux grâce aux plantes. Certains de ces "guerriers" vont même jusqu’à introduire des potagers en ville. La guérilla jardinière est donc une guerre bien pacifique qui loin d’être destructrice, cherche au contraire à créer un espace de vie meilleur et mieux entretenu.

Les guérilléros verts s’activent

De Londres à San Francisco en passant par Tripoli ou Sydney, la lutte regroupe plus de 80 "troupes" réparties dans le monde et listés par le mouvement anglophone GuerrillaGardening.org. Certaines manifestations des "Guerrilla Gardeners" ont même regroupé des milliers de personnes comme ce fut le cas en 2000 au Parliament Square de Londres où légumes et fleurs ont été plantés.Les pratiques varient et sont plus ou moins radicales : certains embellissent leur ville ou cultivent des légumes mais pour d’autres il s’agit de résister aux logiques industrielles de l’agro-alimentaire (recours aux pesticides, aux OGM …). Un livre « On Guerrilla Gardening » a même été consacré au sujet avec pour slogan « combattons les ordures avec des râteaux et des fleurs ».

LES SOURCES DE CET ARTICLE :

A lire également dans le journal Los Angeles Times "Guerrilla gardener movement takes root in L.A. area"

Site du GuerrillaGardening.org.

Park(ing)Si vous aimez cette idée de guerilla urbaine façon flower power, vous aimerez aussi cette initiative d'hurluberlus qui recolonisent des places de parking pour les transformer en minis parcs publics. Délicieusement décallé ! Une forme de résistance et de détournement qui ne fait de mal à personne, qui fait sourire et apporte une petite note de gaieté ! Pour avoir plus d'idées sur comment détourner des parkings, rendez-vous sur le site de l'association Rebar.

0 commentaires:

Météo


Archives du blog