jeudi 8 janvier 2009

Coup de gueule du jeudi: en finir avec le débat sur Rachida Dati

Photo AFP/20 minutes

La presse française est en ébullition, serait-ce à cause du conflit Israelo-Palestinien ? Que nenni, il s’agit du retour de Rachida Dati à son poste, 5 jours après avoir accouché de son mouflet. Je ne porte pas particulièrement la dame dans mon cœur, mais il faut arrêter la chasse aux sorcières. De nombreuses de femmes de par le monde reprenne le travail peu de temps après leur accouchement et ce n’est pas forcément pour autant que leurs enfants tournent mal. Si certaines choisissent de le faire en tailleur jupe et talons sexy où est le problème ? Après tout c’est elle que ça regarde et il faut arrêter un peu la mauvaise foi, ça ne va en rien remettre en cause le droit des femmes à prendre des congés maternité.

Je me rappelle encore de mes premiers cours en développement de l’enfant. Un de premiers auteurs que nous avions étudié déclarait alors que l’on devient une mère aussi bonne que possible. Il n’y a ni mauvaises, ni bonnes mères (à l’exception des cas relevant de la psychiatrie ou de la criminalité), chacune fait du mieux qu’elle peut.

Une certaine pression existe aujourd’hui pour que les mamans prennent du temps pour être avec leur enfant après la naissance. Les congés de maternité sont un bien en ce sens, puisqu’ils permettent à de nombreuses mamans de prendre un peu de temps pour elles et pour leur enfant, mais aussi parfois pour réfléchir à un changement de carrière professionnelle. Mais rappelons que c’est un droit, pas un devoir, et encore moins une obligation. Depuis quelques temps j’entends de toutes parts des discours sur la “nécessité” de prendre au moins 6 mois voire un an de conges maternité. Rappelons que si je fais partie des privilégiés qui pourraient financièrement se permettre de prendre autant de temps, ce n’est pas le cas de nombreuses mères de famille, qui ne peuvent se permettre une perte de revenus. Je pense à ces mamans célibataires qui doivent assumer seules le revenu de leur maisonnée. Mais j’ai aussi connu beaucoup de femmes à des postes de responsabilité dans les entreprises qui ne pouvaient se permettre de rester trop longtemps hors du circuit, au risque de perdre des années de travail féroce pour gagner leur place. Enfonçons donc les portes ouvertes: on ne reproche pas aux hommes de vouloir poursuivre leur carrière mais aux femmes oui. En quoi serait-ce si mal pour une femme d’être carriériste alors que c’est une qualité souvent appréciée chez les hommes ? Encore un coup des néo-conservateurs ?

Cela me fait penser aux débats sur l’allaitement. Aujourd’hui il est de bon ton d’allaiter son enfant, si possible longtemps. Même tarif, même punition, quoi que fasse la femme on va venir le lui reprocher, elle n’a pas choisi d’allaiter c’est MAL, elle a choisi un allaitement court, c’est MAL, elle a choisi d’allaiter plus d’un an c’est MAL. Elle allaite en public c’est MAL, elle pompe son lait au travail, c’est MAL. Lâchez-les un peu !


Le travail de la femme après la naissance d’un enfant, c’est la même chose. Une femme décide d’arrêter de travailler pour élever ses enfants c’est MAL, elle reprend le boulot juste après l’accouchement c’est MAL, elle reprend au bout de 3 mois c’est MAL, elle reprend au bout d’un an c’est MAL. Mais c’est infernal !
Chaque cas est particulier et les raisons pour reprendre ou ne pas reprendre le travail dépend de chaque femme. Les mollahs en tout genre devraient aller se rhabiller, regardons la réalité en face, ce n’est pas ce qui va fondamentalement changer la vie d’un enfant. Je connais des mamans qui travaillent et dont les enfants sont heureux et se développent bien, je connais des mamans qui ne travaillent pas et qui ont aussi des enfants heureux et qui se développent bien. Les femmes font des enfants depuis la nuit des temps, et la recette-miracle pour élever les enfants n’existe pas. Chacune fait du mieux qu’elle peut et la majorité des gamins ne s’en porte pas plus mal. Chaque femme est différente, nous n’avons pas toutes les mêmes envies, ni les mêmes besoins, ni les mêmes obligations, ni les mêmes contraintes : nous ne sommes certainement pas toutes égales devant la maternité.

Le paternalisme excessif est peut-être une particularité française mais je constate le même genre de paternalisme ici au Canada anglophone. Lorsque j’ai évoqué la possibilité de reprendre mon activité professionnelle avant 1 an de congés, j’ai eu le droit aux regards incrédules et un peu pédants du genre « mais tu n’y penses pas, et ton enfant ? ». Ha ben voilà on y vient… Le seul a avoir approuvé ma décision est mon directeur académique, lui-même papa et désireux de voir les dames de son département réaliser leur potentiel professionnel sans pour autant renoncer à leur rôle de mamans, d’où nos horaires flexibles et un environnement favorable aux femmes qui allaitent, ou tirent leur lait.

Ce qui me fait un peu hurler ce matin c’est qu’on reproche à Rachida Dati d’avoir repris le boulot si tôt, alors qu’une autre ministre, de gauche celle-là, avait en son temps fait la même chose… Ne venez pas me dire que tous ces bons samaritains indignés n’ont pas d’autres sujets plus graves à commenter…

Franchement il y en a des sujets plus graves dans l'actualité, comme le décès de Gaston Lenôtre, maître patissier ! Le monde manque de douceur, c'est le moment de se laisser aller avec un baba au café et cognac ou avec des macarons aux framboises... Alors la disparition du monsieur va laisser nos papilles en deuil...


3 commentaires:

Nolwenn a dit…

Lenôtre est décédé ????

En tant que maman deux fois, je me rends compte que les points de vue changent avec le temps mais que les extrêmes restent (ils sont différents, mais toujours là).

Personnellement, je pars du principe que chacun fait en fonction de ses convictions, de ses moyens techniques... Après, il y a aussi des personnes qui restent bornées malgré que l'on démontre par A+B que la façon de faire n'est pas bonne (pas "pas la meilleure", mais "mauvaise"), ça par contre ça a tendance à m'agacer mais bon ce n'est pas pour cela que je vais critiquer ouvertement les choix.
Je donne conseil lorsque l'on me le demande, mais ce n'est pas pour autant que je m'attends à ce que la personne les suive...

Loutron Glouton a dit…

Je voulais avant tout tirer mon chapeau à toutes ces mamans qui font de leur mieux pour élever leurs enfants, malgré les critiques et les commentaires bien intentionnés mais si souvent mal placés. Celles que je connais font un travail formidable et si tout n'est jamais parfait, je sais qu'elles font tout leur possible pour donner le meilleur de la vie à leur enfant, comme l'ont fait des générations de femmes avant elles.

Et oui, Lenôtre est décédé! Quelle tristesse pour les amateur de bonned petites patisseries!

dick shaver a dit…

coup de gueule justifié et salutaire... je ne porte pas dati dans mon coeur, mais comme toujours on se permet de juger les femmes mais pas les hommes. déjà cela m'énervait que l'on "exige" de savoir qui est le père de son enfant (exige t on de strauss khan qu'il fasse état de ses éventuelles paternités ?)... c'est bien la preuve que la société française retrouve toujours ses reflexes de vieux croutons...

Météo


Archives du blog